Conduire une voiture au Japon

Rouler à gauche, le plus souvent avec une boite automatique et avec des panneaux dans une langue / écriture étrangère, soyez prêt à relever le défi !

Un_autre_Japon_-_Japon_Facile_-_Episode_6_Okayama-1s2_HD.avi_snapshot_04.55_[2013.12.11_19.19.37]

Avant toute chose, sachez que pour conduire une voiture au Japon vous devrez avoir fait traduire votre permis ! Pour cela, lisez notre article sur la traduction de permis pour le Japon.

Les routes sont globalement bien entretenues et la signalétique claire. La plupart des panneaux sont compréhensibles / lisibles et écrits en romanji… tant que vous restez sur les grands axes et pas trop éloignés des grandes villes. Attention aux feux qui sont parfois positionnés « à l’américaine » c’est-à-dire non pas au pied de votre zone d’arrêt, mais en face de vous de l’autre côté du carrefour. Les « stop » sont matérialisés par un panneau triangulaire rouge à l’envers avec écrit « 止まれ ». Pensez au GPS ! On rappelle que vous roulez à gauche et que donc la priorité est… à gauche !

Comme en France une ligne blanche en pointillés autorise le dépassement, MAIS une ligne blanche continue l’autorise aussi… avec prudence ! Par contre une ligne jaune est infranchissable… SAUF si une ligne blanche continue y est accolée de votre côté.

La ligne jaune continue est l’équivalent de notre ligne blanche, infranchissable. Sauf si une ligne blanche continue est accolée de notre côté, le dépassement est alors autorisé. Mais si une ligne blanche continue autorise le déplacement, ce dernier devra être exécuté avec grande prudence. La ligne blanche en pointillés autorise elle le dépassement sans restriction (sans prudence? cqfd).

Concernant les limitations de vitesse : 30 à 50 km/h en ville ; 60 km/h sur route ; 100 km/h sur autoroute.

Comme chez nous, nombreux sont les radars fixes et mobiles.

Pas de téléphone au volant évidement. Pour l’alcool, c’est la tolérance zéro qui s’applique !

Vous entrez sur les autoroutes (Kosoku Doro « 高速道路 » ou Jidoshado « 自動車道 ») par des interchanges (IC) munis de péages. Elles sont indiquées en vert. Comme en France, elles sont dotées de deux ou trois voies et d’aires de repos. Le tarif moyen pour une voiture est de 25 yens le kilomètre. Il existe un équivalent à notre télépéage : l’ETC ou Electronic Toll Collection System. Attention aux embouteillages pendant les vacances (Golden Week & Fêtes de fin d’année). Rappelez-vous qu’en ville toutes les rues ne portent pas de noms.

Pour un trajet Tokyo – Kyoto, compter 450 km et environ 6 heures de route, pour un peu plus de 10 000 ¥.

Les routes nationales sont appelée Kokudo « 国道 ». Elles sont identifiées par numéro à 2 ou 3 chiffres et indiquées en bleu. Notez que certaines « grandes nationales » (4 voies) peuvent être payantes.

A défaut d’acheter des pneus pour l’hiver sur Tirendo, n’oubliez pas que dans les régions du Nord du Japon l’hiver peut être rude et enneigé, une difficulté supplémentaire qui pourrait être de trop.

L’équivalent de notre « A » est un logo fait de deux losanges vert et jaune. Il existe une signalétique équivalente pour les personnes âgées : un macaron représentant une feuille jaune et orange.

On lit souvent que les conducteurs japonais conduisent bien. Ce n’est pas toujours ce que nous avons constaté, particulièrement en ville ! Dans tous les cas, méfiez-vous des vélos qui déboulent de nulle-part.

station_service_japon station_service_japon1
Wikimedia – Masa / Photobucket.com

Acheter de l’essence pourrait vous déstabiliser : à l’entrée dans la station un employé vous indiquera à quelle pompe vous arrêter, à la sortie si besoin il stoppera temporairement la circulation pour vous permettre de repartir. Ce n’est pas vous qui ferrez le plein mais employé, pendant qu’un autre pourrait bien laver gratuitement, service oblige, votre pare-brise. « Mantan » (dire Manntann) signifie « le plein ».

Essence : entre 130 et 140 yens
Super : entre 140 et 155 yens
Gazole : entre 110 et 130 yens

15aj parking_japon_3

parking_japon_2 parking_japon_1 asakusa_femme_panneau

Pour vous garer, vous découvrirez les mini parkings à la japonaise, les parkings superposés, ou encore les « femmes panneaux » (un petit boulot typiquement japonais). Pas d’inquiétude, en général les instructions sont compréhensibles. De manière plus classique, certaines rues sont équipées de parcmètres (vérifiez-bien les horaires et faites attention car au-delà de 3 heures du matin être resté sur un parcmètre signifie terminer à la fourrière).

La photo du milieu vous donne une indication des prix (évidement variables selon le lieu) :

  • de 8h à 22h : 100 Y les 20 min ;
  • de 22h à 8h : 100 Y les 60 min.

Attention aux amendes de stationnement qui sont très chères (+10 000 Y !)

Article sponsorisé.

 

Laisser un commentaire